Lily Saillant

Diplômée en Design objet (2021)

lily.saillant@gmail.com
+33 6 75 14 32 52
Instagram : @lilysaillant
lilysaillant.tumblr.com

Née à Paris en 1996, Lily Saillant est une designer diplômée de l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris avec les félicitations du jury. Formée en parallèle au travail du métal et de la céramique auprès de la céramiste Karen Swami, puis à la Seoul Nationale University, elle mêle  à travers différentes collaborations savoir-faire de designer objet et sensibilité d’artisan. A partir de 2018, elle prend part à plusieurs expositions collectives comme « Wanted Design » à Brooklyn, « The Lost Graduation Show » à Milan ou « Re-cycle » du Cercle 5.5, au sein de Stu-Dio. 

Ses projets sont l’occasion de provoquer la curiosité, d’interroger les usages pour accompagner leur évolution en douceur vers des habitudes plus durables et sensibles. Sa pratique se positionne ainsi comme une exploration d’anciens savoirs frugaux, de la mémoire culturelle des objets et de leur portée à créer des émotions, du sens dans notre monde contemporain. 


LES OBJETS NOURRICIERS

Projet de diplôme, réalisé en partenariat avec Fermob, la Manufacture de Digoin et l’ébéniste Dimitry Kowalczyk

Quelles alternatives les usages alimentaires paysans offrent-ils à notre consommation contemporaine?

Pétrir et cuire son pain, fermenter pour conserver ses récoltes, déguster au plus proche du potager… voici des usages qu’offrent des objets qui nous nourrissent. A travers eux, je propose diverses manières de revaloriser des gestes propres au monde rural, empreints d’un bon sens paysan, pour retrouver une durabilité au sein de notre consommation contemporaine. 

Le projet est né de l’exploration d’anciens procédés frugaux permettant de gérer la récolte et le stockage des denrées, dans des saloirs, garde-mangers, maies, objets pour la plupart désuets à cause de leur format hors norme et de leur usage méconnu.

Les objets nourriciers s’inspirent ainsi d’archétypes de mobiliers paysans tout en proposant des alternatives capables de co-exister avec des techniques contemporaines. En valorisant des innovations frugales, il s’agit de mettre la ruralité au goût du jour, de retrouver et de transmettre une consommation alimentaire durable, sensible, locale suivant un rythme naturel dont ces procédés font l’éloge.

Les objets nourriciers, 2021, @lilysaillant

Mon projet s’est ancré en Bourgogne, cherchant à valoriser une mémoire des lieux et ses savoir-faire tout en esquissant un réseau de création sur ce territoire. Après des recherches variées : visites de plusieurs fermes, musée ou collecte de témoignages, j’ai contacté des entreprises régionales, mettant en avant le travail de la main et le durable pour m’accompagner. J’ai ainsi collaboré avec Fermob pour le travail du métal, la Manufacture de Digoin pour la céramique et Dimitry Kowalczyk, artisan ébéniste pour le bois. Trois structures aux échelles différentes pour travailler des matériaux résistants dans le temps et locaux, typiques de la région bourguignonne avec ses anciennes forges, ses carrières de grès et ses forêts de chênes. 

Les objets nourriciers, 2021, @oliviersaillant

Présentation du diplôme, 2021, @timsaillant

Projet réalisé avec l’aide de Fermob, la Manufacture de Digoin, Dimitry Kowalczyk, Lucas Dauvergne de Stu-Dio, Hugo Chaise de MyFermentation et Marie-Laure Brunet, directrice de l’EBE 58.


Mes autres projets:

@cinna et @lilysaillant

Môme (2020), édité par Cinna

Inspirées des sobans, des petites tables coréennes produites traditionnellement en bois, Môme sert de table de travail, ou à servir les repas de manière individuelle à chaque convive et esquisse un mode de vie plus près du sol, nomade par son format et sa légèreté. 

@oliviersaillant et @jonathantran

U (2017)

Objet créé par cintrage de lattes de bambous taïwanais, il démontre les qualités du matériau, sa flexibilité et sa solidité. La souplesse des lattes lui permet de se refermer comme un cocon lorsqu’une personne s’y asseoit. 

@lilysaillant

Midunu/à table (2018)

Midunu est né de l’observation du manque de dialogue lors du repas dans un cadre urbain au Togo. Dans les villages, le partage de nourriture constitue le moment de réunion pour  résoudre les conflits et renforcer les liens au sein de la communauté. Il s’agit de ré-introduire un rituel de partage, tout en valorisant l’artisanat et les matériaux locaux et facilitant son transport. Ce projet a été réalisé avec Eve Lerouge et le club des Métiers d’Arts et d’Artisanat du Togo. Une exposition a eu lieu à l’Institut Francais de Lomé au cours du mois de juin 2018.


lilysaillant.tumblr.com

Laisser un commentaire